28/08/2015

La visite officielle du Président de la République François Mitterrand en 1985

Au cours de son voyage en Languedoc-Roussillon du 24 au 25 juin 1985, le Président de la République s'arrêtera dans la capitale audoise. Il sera reçu à l'Hôtel de ville par le maire Raymond Chésa et au Conseil général, où l'attendra le président Courrière. François Mitterrand est le second chef d'état, après Charles de Gaulle en visite à Carcassonne après la Seconde guerre mondiale. Tout comme son illustre prédécesseur, il y prononcera un discours sur la place Carnot qui fera date dans la mémoire des Carcassonnais. 

Mit.jpg

Dès 13 heures, les premiers supporters ont pris place ; le Président n'est attendu que vers 18h20, ce qui n'empêche pas son service de sécurité de passer au détecteur de métaux l'ensemble des bacs de fleurs de la place Carnot. Sur les toits, les tireurs d'élite du G.S.P.R (Groupement de Sécurité du Président de la République) sont déjà là... L'orchestre "Dixie Dizzy" de Limoux et le chanteur occitan Narbonnais "La Sauze", ont été engagés pour créer une animation musicale afin de faire patienter le public. À 15h30, les meilleures places sont prises et plusieurs malaises sont à déplorer dans l'assistance. On apprend que Mitterrand s'étant trop attardé à Narbonne, il aura une heure de retard sur l'horaire prévu par le protocole.

La sécurité

Le voyage présidentiel a nécessité la présence effective de 5000 forces de l'ordre. Rien que pour Mitterrand lui-même et sa sécurité, 75 hommes du G.S.P.R dont trois cercles de trois personnes autour de lui dans ses déplacements dans la foule. 45 hommes supplémentaires pour veiller son sur épouse et les membres du gouvernement l'accompagnant.

Son médecin personnel l'a suivi partout avec deux malettes. François Mitterrand, grand buveur d'eau, ne se désaltérait jamais avec des bouteille en plastique. Une aiguille aurait pu introduire un poison à l'intérieur de celles-ci. 

L'accueil à la mairie

Le Président de la République atterri sur l'aérodrome de Salvaza où l'attend un parterre d'élus du département ; le maire de Carcassonne et le président du Conseil général en tête. Le service d'ordre est tel qu'il est impossible de passer sans accréditation ; pareille mésaventure arrivera à Nicole Bertrou (1ère adjointe au maire), refoulée par des gorilles refusant de la reconnaître. Même pour aller aux toilettes, il faut montrer patte blanche. Mitterrand se rend à l'Hôtel de ville à l'invitation du maire RPR, qui doit y prononcer un discours d'accueil en présence du conseil municipal.

P1050253.jpg 

Si la salle des mariages fut choisie, ce ne ce ne fut pas à l'évidence pour célébrer l'union politique entre les deux hommes. Raymond Chésa dans un style direct et très politique, dénonça avec force l'élargissement de l'UE à l'Espagne et au Portugal. Il tenta de retranscrire ainsi les craintes des viticulteurs audois en ce qui concerne leurs propres intérêts. N'écoutant que sa franchise, il évoqua le sort des 13.065 demandeurs d'emplois dont 1800 T.U.C (ancêtre du C.E.S) d'une Aude sinistrée. Et comme si cela ne suffisait pas, faisait porter à l'administration les échecs d'implantation à Carcassonne des entreprises Astre-Déco (bloquée par l'ANVAR) et Elscint (refusé par la DATAR) au profit de la ville de Decazeville (Aveyron).

Le Président ne voulant sûrement pas s'aventurer dans un dialogue partisan avec le maire, lança : "Nous ne sommes d'accord sur rien... Vous représentez votre formation politique. C'est bien, très bien !" En guise de fin de non recevoir, il donna rendez-vous au maire place Carnot pour les réponses à ses interrogations. Un peu estomaqué sans doute par l'aplomb de Chésa, il dira en apparté un peu plus tard : "S'ils avaient tous été comme cela !"

Consigne avait été donnée par le maire à tous les membres appartenant à la majorité municipale, de ne point applaudir Mitterrand après son discours à la mairie. Or, il en est un qui faisant fi de ces obligations, n'écouta que son respect pour la fonction et se mit à claquer des mains dans un silence quasi religieux. Il s'agit de Louis Andrieu, conseiller municipal au hameau de Villalbe. Mitterrand s'avança alors vers lui et lui serra la main ; il fut le seul. Il avait apprécié la réponse à fleuret moucheté du Président de la République. 

Mit3.jpg

François Mitterrand signe le Livre d'or sous les yeux de R. Chésa

mitterrand.jpg

Le livre d'or

Au Conseil général

L'ambiance rue de la République où tous les Conseillers généraux firent acte de présence dans la salle des séances, fut en tous points différente. Raymond Courrière, secrétaire d'état chargé des rapatriés et Président du Conseil général, dévoila en présence de son invité une plaque inaugurale de son passage. Un tableau du peintre Max Savy lui fut remis en guise de cadeau de bienvenue, avant qu'un lunch dans les jardins ne clôture cette entrevue. On apprend qu'au Conseil régional à Montpellier, Mitterrand prit des engagements pour l'Aude : La rocade nord de Carcassonne, la création de magasins francs à Port-la-Nouvelle, l'aménagement de la basse vallée de l'Aude et la reconversion des industries de la Haute-vallée. 

Place Carnot

Mit2.jpg

Le discours porta sur l'élargissement de la CEE et l'unité nationale. Vous pouvez le lire en cliquant sur le lien ci-dessous :

857010400.html

A la musique harmonieuse de l'après-midi, succéda les sifflets et les trompettes orchestrées par la C.G.T, le M.O.D.E.F, Païs Nostre (occitans) et le Parti Communiste. N'oublions pas qu'un an plus tôt, la nomination de Laurent Fabius comme Premier ministre avait fait fondre le programme commun de l'Union de la gauche. Les ministres communistes avaient démissionné du gouvernement. Mitterrand avait obtenu ce qu'il avait toujours souhaité, c'est-à-dire tuer le parti du camarade Marchais.

_______________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015

13:51 Publié dans Politique | Tags : mitterrand | Lien permanent | Commentaires (0)