24/05/2016

Une soirée musicale avec Marguerite Long au château de Mireval-Lauragais à la Belle époque

En ce début de XXe siècle, le Dr François de Vésian perpétuait en son château de Mireval la tradition initiée par son père Hyacinthe de Vésian - ancien maire de Castelnaudary. Cet dernier - issu d'une famille qui occupa au XVIe et XVIIe siècles de hautes fonctions au Parlement de Toulouse - nourrissait en complément de ses activités d'avocat, une passion débordante pour la musique. Elle l'avait amené à composer plusieurs oeuvres... Ses premières compositions furent une romance sur des paroles de Victor Hugo : "C'est le seigneur, le seigneur Dieu !" édité par Heugel ainsi que trois pièces pour piano, éditées par Lévy. En 1861, Hyacinthe de Vésian se présente au concours de l'Opéra comique présidé par Halévy où il obtient une troisième mention, malgré la présence de plusieurs titulaires du Grand prix de Rome. Un an après, il se retrouve aux commandes de la Société philharmonique de Castelnaudary en remplacement de M. Bouzat de Ricaud. Le 16 février 1865, il dirige son opéra-comique "Sylvia" au théâtre Moncravel de Toulouse. Le succès fut au rendez-vous si l'on en croît la presse de l'époque :

"Le rideau se lève sur un duo charmant entre Mlle Rivenez (Sylvia) et M. Dalis (Geronimo) ; les couplets de Sylvia sont surtout digne de remarque. Le rondo : "A la jeunesse" est très heureusement conçu - l'accompagnement en est écrit de main de maître. Car, c'est une qualité trop rare et que M. de Vésian tient des maîtres allemands, les instruments ne se bornent pas à exécuter des accords, ils chantent aussi eux et se juxtaposent." (La voix de Toulouse / 1865)

Parmi ses autres compositions, on retiendra "La ballade du vieux temps" d'après Sainte-Beuve. Sous le pseudonyme de Karl Goethe, il fait éditer "Les demoiselles de Benoiton" qui fut très longtemps au répertoire de la Garde Républicaine. Son arrangement de la Marseillaise, sublime - d'après la critique - la pensée de Rouget de Lisle.

musique

Août 1902

Les divertissements se faisaient rares autour de Castelnaudary... François de Vésian organisait régulièrement des salons musicaux chez lui au château de Mireval - appelé de nos jours "La bourdette - au cours desquels se retrouvaient des personnes amies de la famille. Il était de coutume d'y rencontrer autour du piano à queue de marque Érard, des musiciens tels que Charles Bordes, Déodat de Séviras ou encore Ricardo Vines... Je connais moi-même assez bien ce type de réunions musicales pour avoir été l'élève de Christiane Sans-Bertrand au domaine de la Rivière à Pexiora, où l'on croisait régulièrement le pianiste Aldo Ciccolini - rien que cela ! Après que chacun a interprété son morceau, tout se terminait par un bon cassoulet servi à la bonne franquette et sans chichis.

Capture d’écran 2016-05-19 à 10.01.08.png

© M. Ramière de Fortanier

Une soirée musicale à Mireval

Revenons donc à François de Vésian... Ce jour-là, une jeune pianiste nîmoise - tout juste récompensée de ses sérieuses études auprès du maître Marmontel - avait accompagné sa soeur et son beau-frère au château de Mireval. Cette ravissante personne n'était autre que Marguerite Long ; la future grande pianiste française qui deviendra plus tard l'égérie de Maurice Ravel. Après l'audition d'un quatuor à cordes de Brahms par François de Vésian et ses amis, elle se mit au piano et interpréta les Variations en do mineur de Beethoven et la Polonaise de Listz en mi majeur. C'est alors qu'un jeune officier - Joseph de Marliave - se leva et demanda à la jeune de pianiste de jouer du Fauré. Elle déclina l'offre disant qu'elle n'en avait jamais travaillé. Marguerite Long expliquera plus tard que le compositeur ariégeois était à cette époque peu connu des pianistes, malgré le triomphe de son opéra "Promethée" aux arènes de Béziers, deux ans plus tôt.

Capture d’écran 2016-05-24 à 10.40.41.png

L'officier répliqua : "Je ne comprends pas l'enthousiasme de tous pour cette jeune femme. Elle joue très bien, mais elle n'est pas musicienne. Elle ne joue pas une seule ligne de Fauré !" Manifestement embrassée par l'attaque verbale du jeune homme, elle travailla avec son maître Marmontel la "3e valse caprice" de Fauré. Après quoi, elle se rendit chez le compositeur pour lui faire entendre son exécution. Gabriel Fauré eut cette phrase : "Je suis tellement heureux d'entendre ma musique avec de l'accent. On joue toujours avec l'abat-jour comme on croit qu'il ne faut pas avoir de voix pour me chanter." Marguerite Long repartit de chez Fauré après que celui-ci lui mette entre les mains sa "6e Barcarolle". Elle était devenue la pianiste de Fauré, comme elle sera plus tard celle de Ravel.

Capture d’écran 2016-05-19 à 09.41.50.png

Le 26 février 1906, la jeune pianiste devenait Mme Marguerite Long-Marliave. Elle venait d'épouser l'officier qui l'avait brocardé en public pour n'avoir pas joué du Fauré chez François de Vésian. Cette romance ne dura pas bien longtemps à cause de la Grande guerre. Joseph de Marliave devait mourir à l'âge de 41 ans aux premiers jours du conflit, au mois d'août 1914. L'officier était critique musical dans plusieurs journaux spécialisés dont "La nouvelle revue". Chaque semaine, il se rendait aux concerts Colonne et Lamoureux à Paris. On lui doit la traduction de l'oeuvre d'Isaac Albéniz "Pepita Jimenez" qui sera joué en 1923 à l'Opéra-comique. Il avait également travaillé sur la version version française de "Goyescas" d'Enrique Granados. La guerre aura frappé en plein coeur ce destin artistique... La "Toccata" et " Le tombeau de Couperin" de Maurice Ravel est dédié à Joseph de Marliave.

Capture d’écran 2016-05-24 à 11.00.25.png

Marguerite Long décèdera en 1966 après une carrière musicale bien remplie. Elle portera vers les sommets de l'art musical, un talent incomparable dans l'interprétation de la musique française. Bien sûr, elle rencontra à Carcassonne le compositeur Paul Lacombe qui lui dédiera une de ses pièces. Elle restera toute sa vie fidèle à Maurice Ravel, même aux pires moments, quand la santé de son compositeur déclinait et qu'il ne pouvait plus écrire une seule note de musique. 

Sources

Marguerite Long parle / Disque 45 T / 1964

La Cité / 4 juillet 1880

Remerciements 

à M. Ramière de Fortanier

(Président de la SESA)

 à mon ami Jean-Bernard Cahours d'Aspry

 (Biographe de Déodat de Séverac)

________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2016 

11:16 Publié dans Musique classique | Tags : musique | Lien permanent | Commentaires (1)

28/11/2014

L'association des concerts symphoniques

Fondée en 1895 par Frédéric Lauth, un industriel patron d'une brasserie sur le boulevard Omer Sarraut (aujourd'hui Chez Fred),

l'Association des concerts symphoniques

a animé la vie culturelle Carcassonnaise pendant un quart de siècle. Elle possédait son propre orchestre et ses choeurs, issus de la société Carcassonnaise, qui répétaient tous les mardis dans une salle de l'actuel hôtel Murat (Chambre de commerce) rue Aimé Ramond. A sa tête, Michel Mir (ancien violoniste des Concerts Charles Lamoureux) en assurait la direction musicale.

988246917.jpg

Les concerts avaient lieu dans la salle des concerts, 7 rue de la liberté. L'audition de Marie-Magdeleine de Jules Massenet eut lieu grâce à l'amitié étroite que Paul Lacombe entretenait avec ce compositeur. Malheureusement, la Grande guerre va mettre pour un temps un coup d'arrêt à la bonne marche de l'association. Elle aura beaucoup de mal a redémarrer après guerre, à cause de la perte de plusieurs de ses musiciens sur les champs de bataille et des problèmes financiers qui en découlèrent.

580912272.jpg

Michel Mir (1882-1958) dirigeait les concerts de l'association. Son passé de violon solo aux Concerts Lamoureux à Paris, lui permit de faire venir à Carcassonne de grands concertistes nationaux (Jeanne Montjovet, Madeleine de Valmalète, Roger Mendez...) C'est un peu si comme de nos jours, Carcassonne accueillait tous les trois mois Roberto Alagna, Hélène Grimaud ou Laurent Korcia. Ne rêvons plus !

1820172628.jpg

Le conseil d'administration de l'association est constitué en 1922 par: Frédéric Lauth (Président), Joseph Coll et Guillaume Almayrac (Vice-présidents), Georges Cotte (Trésorier), Charles Barral (Secrétaire), Louis Albert (Archiviste) et MM. Paul Lacombe, Auzouy, Pouzols, Sarta, Raynaud, Azaïs, Cauvy, Boquet et Rouquet. Les membres abonnés sont au nombre de 204. Parmi eux, on compte des notables de la ville: Dr Gout, Fafeur (Industriel fondeur), Durand (Confiseur), Charles Lordat (Commerçant), Louis Farge (Industriel), Lauer (Brasseur), Abbé Sabarthès, Dr Tomey, Maurice Sarraut (Sénateur), Gaston Jourdanne, Dr combéléran...

Membres de l'orchestre

Premiers violons: MM. Mandoul, Fournier, Cotte, Cros, Fabre, Azaïs, Carrière, Roger, Vialade. Mlle Carbou et Mme Auzouy.

Seconds violons: MM. Michel, Babou, Mary, Callabat, Gastou, Alquié, Malgrat, Ouliac, Chiffre, Gaisset, Bonnafous et Gleizes

Altos: MM. Sabatier, Coll, Almayrac, Coyot

Violoncelles: MM. Jordy, Lauth, Sipière

Contrebasses: MM. Auzouy, Pouzols, Authier et Tesseyre

Flutes: MM. Guiraud, Cauvy, Esparseil, Danay

Hautbois: MM. Barral, Bergougnan

Cor anglais: Barral

Clarinettes: Edouard Lacombe, Anisset

Clarinette basse: M. Gibert

Bassons: MM. Falcou, Gastou, Ormières

Cors: MM. Gaujon, Maynadier, Chavernac, Fabre

Trompettes: MM. Boquet, Rigail

Cornet à pistons: Barre

Trombones: MM. Rouquet, Villebrun, Rius

Tuba: Bénazet

Timbales: Rouger

Batterie: Bézard, Colomiès, Barthès et Durand

Michel Mir est le grand oublié des musiciens Carcassonnais. Il n'a même pas une rue à son nom.

_____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

08:41 Publié dans Musique classique | Tags : musique | Lien permanent | Commentaires (3)

19/05/2014

"Carcassonne" de Gustave Nadaud

2014-05-19_09h14_54.jpg

En même temps que les murs séculaires de notre antique cité, il aurait fallu inscrire à l'inventaire des monuments historiques, la chanson de Gustave Nadaud: Carcassonne. Ce chansonnier, célèbre en son temps, contribua ainsi à faire connaître notre ville et celle-ci le lui rendit, en donnant son nom à l'une de ses rues. La chanson, reprise et chantée par Georges Brassens, souligne le cas désespéré d'un homme à l'âge avancé qui n'aura jamais la chance de voir Carcassonne. Aujourd'hui, que reste t-il de cette ode à notre patrimoine? Une partition originale que j'ai la chance de posséder. Si l'idée d'avoir mis la chanson de Trenet "La cité de Carcassonne" comme musique d'attente du standard de la mairie, est excellente; je propose que l'on en fasse de même avec l'enregistrement de Brassens de la chanson de Nadaud, pour l'Office du tourisme!

1310730390.jpg

Gustave Nadaud (1820-1893)

La chanson reprise par Brassens en écoute ci-dessous

https://www.youtube.com/watch?v=NNVU0x6HcAk&feature=kp

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

29/04/2014

Le quartier de la Barbacane avait son hymne!

Tout le monde connaît à Carcassonne l'hymne du quartier de la Trivalle "Aquella Trivala", chanté en son temps par Gualdo. Ce que l'on sait moins c'est que le quartier rival de la Barbacane avait le sien... Eh! oui, c'est ce que je viens de découvrir. Ces deux pôles ethniques de la vie carcassonnaise des années 50-60, s'affrontaient gentiment et se disputaient le territoire lors des fêtes ou du carnaval. Tant et si bien que la frontière immatérielle qui les sépare, se situe en plein milieu de la rue de la Gaffe au niveau d'un passage couvert. Malheur à ceux qui osaient s'aventurer lors du tour de table, au delà du périmètre défini. En ce temps là, on dansait et on chantait sans la télévision. On écoutait la radio et les phonos diffusaient les dernières mélodies à la mode. C'est sur l'un de ces airs que Gualdo reprit à son compte en changeant les paroles, l'hymne du quartier de la Trivalle. Ce que l'on a oublié c'est qu'à la Barbacane, M. Alègre fit de même pour son quartier...

honolulu.jpg

Qui n'a pas entendu le grand succès de Georges Guétary "A Honolulu"?:

"Nous nous sommes connus, un beau soir dans la rue et vous êtes venus, à Honolulu"

Voici les paroles de l'hymne de la Barbacane chanté sur cette mélodie

 

Je me souviens d'Honolulu

De ses palmiers et de ses fleurs

Mais ce pays c'est reconnu

Nous donnerait peu de bonheur

*

Il est un bon quartier

Où l'on sait rigoler

Danser et s'amuser

La BARBACANE!

On n'est pas prétentieux

On aime les doux yeux

Et les propos joyeux

La BARBACANE!

Retrousser nous savons

Nos manches de vestons,

Et même les jupons

A la BARBACANE!

Ah! Vous qui allez par le monde

Ah! Revenez-nous un jour.

Et si votre âme soeur

A volé votre coeur

Dans un moment d'ardeur,

A la BARBACANE!

Vous vieillirez un jour

A l'ombre de nos tours,

En bénissant l'amour

De la BARBACANE!

*

Ci-dessous, la version originale chantée par G. Guétary

https://www.youtube.com/watch?v=gL8CMf6T-PY&feature=kp

__________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2014

10:26 Publié dans Orchestres de bal | Tags : musique | Lien permanent | Commentaires (2)

04/01/2014

La 2e symphonie op.34 de Paul Lacombe, au festival 2014!

Il y a des moments dans la vie où l'on ne peut cacher sa fierté de ne s'être point fourvoyé en voulant défendre contre vents et marées l'oeuvre perdue d'un artiste. Depuis 2009, j'ai donné des concerts, des conférences et maintenant une biographie sur Paul Lacombe. Malgré les turbulences, j'ai toujours poursuivi le but que je m'étais fixé avec en ligne de mire la réhabilitation musicale de ce compositeur. Cette semaine, sur ce chemin long et périlleux une étape importante vient d'être franchie. Après avoir reconstitué l'ensemble du conducteur d'orchestre à partir des élements conservés à la Bibliothèque Nationale de France, je l'ai envoyé à Nicolas Couton, chef d'orchestre ancien élève de Georges Prêtre, qui réside en région parisienne. Il vient d'enregistrer la 2e symphonie d'Henri Rabaud pour le label Timpani. Ce disque bénéficie déjà d'une bonne critique dans la presse spécialisée.

1157858448.png

Nicolas Couton

Après avoir reçu la partition de la 2e symphonie de Lacombe, ce jeune chef se mit à la lire. Oh! surprise, voilà qu'il la trouva suffisamment intéressante pour en réaliser une démo numérique. Il se mit alors à copier toutes les parties afin de les entendre sur ordinateur à l'aide d'instruments virtuels. Au fil de son travail, l'admiration grandissait pour cette oeuvre ainsi résuscitée.

Voici ci dessous les liens vers l'écoute de cette symphonie

Premier mouvement

http://www.youtube.com/watch?v=WDUdJUYOY_8&feature=youtu.be

Second mouvement

http://www.youtube.com/watch?v=e-5QwjO7Q6c

Troisième mouvement

http://www.youtube.com/watch?v=6litHvB_QKw

Dernier mouvement

http://www.youtube.com/watch?v=RWuJrMP4B3Y

4071095818.JPG

Voici l'analyse musicale du chef Nicolas Couton

C'est une symphonie assez surprenante; je n'y trouve pas de trace d'académisme. Ce qui est un peu la faiblesse de celle de Rabaud. Il y a même quelques belles hardiesses harmoniques. Le second mouvement (lent) est magnifique. Honnêtement, cela vaut bien une symphonie de Dvorak. C'est même plus osé harmoniquement que Dvorak. L'inventivité est étonnante quand même, il n'y a pour ainsi dire aucune redite textuelle. Tout est toujours varié dans les développements. Les superpositions contrapuntiques ne sont jamais les mêmes. Tout ceci me semble très habile. Et pour ne pas gâcher, quand l'inspiration suit c'est renversant... je pense notamment à la section centrale du mouvement lent avec ses accords augmentés et ses harmonies imprévisibles. Donner à l'aveugle (à des étudiants. NDLR) le début du 4e mouvement pourrait mener à quelques surprises. Ce mouvement conclue dans l'éclat et la concision, à priori sur le modèle de César Franck (rappel des différents autres thèmes dans la Coda). Cela dit, je pense qu'il va un peu plus loin en superposant les thèmes de certains mouvements, anticipant de quelques années la fin... de la 8e symphonie de Brückner... étonnant, non?

00015422.jpg

On pourrait bien entendre deux oeuvres symphoniques de Paul Lacombe cet été au festival de la Cité, dans le cadre d'un programme consacré à la musique romantique française. Nous sommes sur ce projet avec les services culturels concernés, ayant reçu l'aval des décideurs politiques.

3520510702.png

Vous pouvez toujours vous procurer la biographie du compositeur en m'écrivant à:

andrieu-martial@wanadoo.fr

Il ne me reste plus que neuf exemplaires

_______________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013

31/10/2013

Henri Daraud, facteur de pianos

La récente fermeture du magasin "Piano Porchez" dans la rue A. Tomey, a sonné le glas du métier de facteur-accordeur de piano dans notre ville. A la fin du XIXe siècle, ils étaient trois à Carcassonne (Gillon, Cauvet et Barbot). Au milieu du XXe, ce fut Henri Daraud (rue Courtejaire) puis Jean-Jacques Trinques (Pianos Porchez) et dans une moindre mesure Claude Serrano (Claude musique, Bd Omer Sarraut), M. Reta (SOS musique, Allée d'Iéna). Il ne s'agit pas de vendre seulement des instruments, faut-il encore avoir été formé pour les réparer et les accorder sans l'aide d'un diapason numérique comme beaucoup aujourd'hui. Un vrai accordeur dispose uniquement d'une clé et de son oreille pour ajuster les cordes du piano à la bonne fréquence. C'est ce qui s'appelle avoir l'oreille absolue; ce qui permet de chanter par exemple un la, sans avoir eu aucune référence harmonique auparavant. Il faut 1h à 1h30 à un accordeur pour équilibrer harmoniquement un piano (75 euros en moyenne) et 3h à un bricoleur qui vous prendra bien plus cher. Ne faites pas accorder vos pianos en cadre bois, cela ne sert à rien! Il y avait autrefois des écoles comme des pianos Pleyel ou Erard qui formaient en 10 ans des facteurs-accordeurs, mais ce temps est révolu... Aujourd'hui la dernière manufacture de pianos se trouve à Alès (Gard), ce sont les pianos Rameau, mais pour combien de temps? Rameau possède l'ancienne marque française Pleyel. Sachez donc que si vous achetez Rameau ou Pleyel, vous faciliterez la production française sérieusement concurrencée par les pianos chinois ou coréens.

85375997.JPG

Henri Daraud s'installe comme facteur-accordeur de piano dans la rue A. Ramond (en face Stanislas) où il a son atelier. Le magasin de vente ouvert en 1955, se trouvait à l'angle des rues Ramond et Courtejaire. On y trouvait des partitions et divers autres instruments de musique. Henri Daraud qui était diplômé de chez Erard et Gaveau, était très demandé par tous les artistes qui se produisaient dans le sud de la France. Il est décédé en 1989 et sa fille a repris à sa suite le magasin, pour assurer la vente de disques jusqu'en 2000.

994541338.jpg

Une séance de dédicaces chez Daraud, où sont passés de nombreux artistes. Jean-François Daraud est ainsi tombé tout petit dans ce milieu artistique qui fait de lui, le carcassonnais détenteur du plus beau carnet d'adresse d'artistes. C'est lui et J-J Trinques qui ont fondé le musée du piano à Limoux, que la ville de Carcassonne n'a pas souhaité accueuillir à l'époque. Une exposition d'anciens instruments, unique en Europe.
 
A lire:
 
Le piano Pleyel d'un millénaire à l'autre (J-J Trinques / Editions L'Harmattan / 2003)
 
_________________________________
 
© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013