25/05/2018

Louis et Angèle Nicol, un couple de résistants Carcassonnais oubliés

Louis Nicol, né le 10 août 1901, fut à Carcassonne de ceux qui refusèrent dès 1940 de prêter allégeance au maréchal Pétain. Ce petit noyau d'opposants, réunis lors de la venue de Jacques Rénouvin au Grand café glacier en 1941, se plaça d'emblée derrière la bannière du mouvement "Combat". Rénouvin leur conseilla de trouver une clinique comme lieu de camouflage et de repli pour les maquisards ; le meilleur endroit pour passer inaperçu. Dès 1943, sollicité par Picolo, Sablé et Nicol, le docteur Emile Delteil accepte de mettre son établissement à disposition de la Résistance. 

Nicol

Louis Nicol

Cet ingénieur des ponts et chaussées, intègre dans la Résistance audoise le N.A.P (Noyautage des Administrations Publiques). C'est-à-dire qu'il fait partie d'un service de renseignement à l'intérieur de son administration. A Carcassonne, ils sont au nombre de trois : Sablé (P.T.T), Aimé Ramond (Police) et Nicol placés sous l'autorité du chef départemental Jean Bringer. Monsieur Robert Anguille a fort bien connu Louis Nicol et grâce à son concours, nous sommes en mesure de retranscrire ses souvenirs...

Nicol

La maison des époux Nicol, 24 rue G. Brassens (anc. rue de l'hospice)

"J’ai fait sa connaissance en septembre1939 lorsqu’il est allé habiter à Lagrasse pour assurer l’intérim de l’Agent Voyer du service vicinal rappelé sous les drapeaux. Louis Nicol avait été réformé à la suite d’une maladie contractée dans sa jeunesse. J’avais alors quinze ans. Mon père, chef-cantonnier, travaillait sous ses ordres.
L’homme était d’un abord facile. Son épouse, Angèle, ancienne employée des postes, l’avait suivi dans cette nouvelle affectation. Des relations d’amitié s’établirent très vite entre nous ; les parents de Louis Nicol possédaient une petite propriété au hameau de Labastide-Couloumat, sur la commune de Belpech, voisine de la commune de Lafage où était née ma grand’mére maternelle Henriette Tissandier, dite « Marie ». Ce voisinage contribua fortement à nous rapprocher. Louis connaissait le patois occitan de cette région.
Après la capitulation de juin 40, il quitta Lagrasse pour Carcassonne où je le retrouvai en janvier 44 lorsque je vins occuper dans les ponts et chaussées un emploi de dessinateur qu’il m’avait signalé. Je logeai pendant quelque temps chez lui, au 1er étage du 24 rue de l’Hospice (actuellement rue Georges Brassens), au-dessus du garage Cadrès.. C’est là, qu’un soir il reçut la visite d’un homme qui resta pour moi sur le moment un inconnu mais dont j’appris après la libération qu’il s’agissait de Jean Bringer, chef départemental de la Résistance. Ce soir-là jean-Bringer venait prendre possession d’extraits de carte sur lesquels étaient portés les points singuliers tels que les ponts, les tunnels, les passages à gué, les accidents de terrain, etc… Louis Nicol, son visiteur et moi, après avoir échangé quelques banalités levâmes nos verres à la libération de la France.
Je fus aussi témoin de l’action résistante de Louis Nicol à qui il arrivait de quitter le soir son domicile pour réceptionner du matériel parachuté. Ces jours – là je mangeais chez lui et je restais près de son épouse en attendant son retour. Je me souviens d’une nuit où il ramena une toile de parachute. Mais c’était aussi des résistants, parachutés ou non, qui venaient au 24 rue de l’Hospice pour y passer seulement une nuit car ils changeaient souvent de domicile. Après la libération, J’eus l’occasion d’en rencontrer un alors qu’il lui rendait visite ; cet homme avait été parachuté plusieurs fois. Il raconta qu’une nuit son parachute ne s’ouvrit pas, mais il était équipé d’un second parachute ventral qu’il parvint à ouvrir ce qui lui permit d’atterrir sans trop de mal : la poche de son parachute dorsal avait été soigneusement cousue ! Infiltration de la résistance par un agent ennemi ? Règlement de comptes ? cet homme n’en dit rien.
Outre les parachutages, Nicol se rendait parfois, en fin de journée, dans quelque forêt voisine pour faire des essais d’explosifs dans le but d’abattre des arbres afin de couper la route à l’armée allemande, dans l’éventualité d’un débarquement des troupes alliées sur le littoral méditerranéen.

nicol
Angèle Nicol, née en 1902 et décédée en 1987, faisait partie d’un réseau de résistance constitué d’agents des P.T.T. Cela, je ne l’appris que plus tard ; ce dont j’ai été le témoin c’est son écoute des messages personnels diffusés par Radio Londres – « Les français parlent aux français ».
La mission de Jeanne- Marie, la fille du couple, âgée de 12 ans en 1944, était de porter des messages à domicile ou de les remettre discrètement, sans un mot, sans un regard, à quelqu’un qui l’attendait posté sur son passage lorsqu’elle se rendait au lycée de jeunes filles ; j’en fus le témoin involontaire un jour où il faisait beau et où je trainais sur le boulevard Camille Pelletan avant d’aller à mon travail. Jeanne-Marie, qui devint professeur agrégé d’Espagnol est toujours en vie et réside à Carcassonne.
Les faits rapportés ci-avant se sont déroulés entre janvier et avril 1944. Aux environs du 15 avril je dus passer comme tous les jeunes hommes de ma classe une visite médicale à la suite de quoi je fus déclaré « apte au travail », ce qui signifiait que j’allais partir pour le S.T.O. Louis Nicol me conseilla vivement de démissionner de mon poste de dessinateur et de retourner à Ribaute, chez mes parents; dans le cas où je recevrais l’ordre de partir pour l’Allemagne, il me dirait comment rejoindre le Maquis. Je suivis ses conseils et ne fus pas inquiété ; les choses commençaient à mal tourner pour l’occupant.

Lorsque Louis et puis Angèle décédèrent l’Union des combattants fit paraitre des articles relatant l’action résistante de ces deux personnages et qui m’en apprirent beaucoup car l’un et l’autre se montraient fort discrets et très modestes sur ce sujet. C’est ainsi que j’appris qu’il était entré dans la résistance en mai 1942 avec Charles Lespinasse.
Après la libération de Carcassonne, Louis Nicol m’invita à l’accompagner à la clairière de Beaudrigues où, un mois plus tôt avaient péri de la manière qu’on sait, une vingtaine de personnes dont Jean-Bringer. Dans une petite cabane en maçonnerie ouverte à tous les vents on pouvait voir, rassemblés dans quelques caisses des débris humains, dont un pied de femme dans sa chaussure. Aux branches des arbres s’étaient accrochés des lambeaux de vêtements et, terrible spectacle, de longs viscères séchés par la chaleur de l’été et qu’un vent léger balançait doucement.
Louis et Angèle reposent dans le petit cimetière du hameau de Labastide-Couloumat, près de Belpech."

nicol

Jean Bringer dit "Myriel"

Les époux Nicol logeaient également Noël Blanc alias "Charpentier", chef du SOAP (Service des parachutages) pour l'Aude. Louis Nicol avait présenté ce jeune homme à Jean Bringer en mai 1944. Le soir où charpentier a disparu, il devait aller à une réunion chez Delteil. D'après les époux Nicol, il était très inquiet et avait peur de s'y rendre. Il sera assassiné dans la clinique du Bastion, le 6 septembre 1944. Emile Delteil affirma ne pas être dans son établissement ce soir là, mais à Espéraza. Un alibi que nous savons désormais inexact et qui fait peser de lourds soupçons sur le chirurgien. Personne n'a osé parler à cette époque, d'abord parce que cela risquait de mettre en question la probité de l'ensemble de la Résistance. Ensuite, parce que le tout le monde craignait le groupe très puissant de Delteil.

_________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018