06/09/2013

Cela aurait pu arriver dans un village de l'Aude!

L'histoire dont je vais vous parler aujourd'hui s'est passée en France, loin de l'Aude. Cette tragédie, cette barbarie, ce crime contre l'humanité aurait très bien pu se passer à 20 km de Carcassonne à Conques sur Orbiel ou à St-Hilaire. Le destin a choisi le paisible bourg d'Oradour sur Glane à côté de Limoges dans la Haute-Vienne. C'était il y a exactement 69 ans, le 10 juin 1944...

316608545.jpg

Tout est tranquille en ce début d'après-midi du 10 juin, quand le village est soudainement traversé par les chenillards d'une division allemande. On pense qu'elle ne va faire que passer car ici on n'a jamais vu de "bôches" depuis le début de la guerre. Elle s'arrête en haut du bourg et ceux que l'on prenait jusque là pour des soldats de la Wehrmacht, sont bel et bien des Waffen SS. Il s'agit de la division Das Reich, commandée par le général Hans Lammerding. Bien sûr les habitants ignorent que ces assassins remontent vers le nord et qu'à Tulle ils viennent de pendre 120 hommes aux lampadaires de la ville. Alors, quand ils ordonnent à toute la population du bourg de se rendre sur le champ de foire afin de vérifier les identités, personne ne soupçonne ce qui va arriver. On convoque le maire à qui l'on dit qu'il y a des armes cachées dans le village et que l'on va procéder à des vérifications. C'est un prétexte car Oradour n'est pas connu pour être un repère de maquisards. Les hommes sont ensuite séparés des femmes et des enfants. Les premiers sont conduits par groupe de six dans des granges; les autres entassés dans la petite église paroissiale. A 16 heures, sous les balles des mitraillettes, les hommes sont abattus et leurs corps recouverts de foin auquel on met le feu. A 17 heures, les femmes et les enfants (le plus jeune avait quelques semaines) dans l'église après une tentative d'asphyxie sont massacrés à la mitraillette. Seule une femme réussira à s'échapper par un vitrail au dessus de l'autel.

370485797.jpg

Personne ne devait être témoin de la scène et ceux qui se sont aventurés dans le bourg ont été immédiatement abattus. Leur forfait accompli, les SS pillèrent et firent ripaille. Ensuite, il mirent le feu à l'ensemble des habitations et à l'église. Ce n'est que plusieurs jours après, que les secours purent intervenir dans ce village de l'apocalypse, après l'autorisation de Vichy. Seul l'évêque de Limoges Mgr Rastouil que l'on avait mis en prison puis libéré, pour ne pas avoir voulu célébrer à la demande du gouvernement une messe pour la mémoire du milicien Henriot, protesta auprès des autorités. Ni l’État Français, ni la Milice française ne protesta auprès de l'occupant. Mgr Rastouil avait également protégé à Limoges le Rabbin Bischeim. C'est un homme qui fit honneur à son ministère et dont il faut honorer la mémoire! 

2016541374.jpg

Au total 642 personnes périrent dans les flammes d'Oradour dont de nombreux enfants qui étaient en classe ce jour là. Parmi eux, un seul a réussi à s'échapper (Roger Godfrain). Il faudra attendre 1953 et le procés de Bordeaux pour espérer punir les coupables. Or, seuls les alsaciens incorporés de force dans la SS se retrouveront sur le banc des accusés. Parmi eux, un seul s'y était volontairement engagé. Ils furent condamnés à la prison, mais l'affaire devint rapidement politique en opposant l'Alsace et le Limousin. La mémoire des 642 victimes fut alors sacrifiée sur l'autel de la réconciliation nationale et la peine des condamnés fut commuée.

1494169698.jpg

Le général SS Lammerding échappa à un procès grâce aux anglais et aux allemands qui refusèrent de le livrer. Il n'était pourtant pas caché car il avait repris ses activités d'ingénieur. Il mourra dans son lit à Dusseldorf en 1971.

25799119.jpg

Le 26 mai 1983, le nazi Heinz Barth impliqué dans le massacre d'Oradour se présente à son procès. Il touchait jusque là une pension de "victime de guerre"... En voyant deux rescapés du massacre venu témoigner, il dira qu'il lui parassait comme impensable qu'il y ait pu avoir des survivants. Il ne devait pas y en voir. Quant à sa responsabilité: "j'ai obéi aux ordres". Aucun regrets, ni remords... pour avoir tué 247 enfants!
Il sera condamné à la prison à vie mais en raison de son âge, il sera libéré quelques temps après. Il est mort le 6 août 2007 à 86 ans.
 
Oradour sur Glane en 2013
 

IMG_1953.JPG

L'église du village dans laquelle périrent près de 400 femmes et enfants

IMG_1954.JPG

Le crucifix

IMG_1955.JPG

L'intérieur de l'église

IMG_1958.JPG

Impacts de balles dans l'église

IMG_1948.JPG

La rue principale du bourg

IMG_1951.JPG

Ce qu'il reste de l'école des filles

IMG_1947.JPG

Le bureau de poste

IMG_1952.JPG

La boulangerie

IMG_1950.JPG

Le champ de foire sur lequel les hommes furent séparés des femmes et des enfants. La voiture Peugeot 202 du Dr Désourteaux, maire d'Oradour sur Glane.

IMG_1971.JPG

Dans le cimetière...

IMG_1966.JPG

Le mémorial élevé aux 642 victimes d'Oradour

IMG_1967.JPG

Les restes de victimes innocentes. Seules dix sur 642 seront identifiées

IMG_1969.JPG

Les noms des 642 victimes dont la plus jeune n'avait que quelques jours

IMG_1974.JPG

A l'intérieur du mémorial

IMG_1973.JPG

Landau de nouveau né criblé de balles et jouets d'enfants

P1040094.JPG

L'église du nouveau village, construit dans les années 50, juste à côté des ruines de vieil Oradour sur Glane.

_________________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/2013