04/10/2013

Le parking souterrain des Jacobins

Au milieu des années 1980, la municipalité Chésa dotait la ville du premier parking souterrain de son histoire. Sa construction et sa gestion était confiée à une société privée qui devait bénéficier en contre partie de la concession pendant 30 ans. Situé sous la place d'armes (Général de Gaulle), sa position stratégique à l'entrée de la rue piétonne allait en parallèle avec l'ensemble de la politique de semi-piétonnisation des rues de la Bastide. L'idée était de rendre le centre ville autrefois engorgé par des voitures et les livreurs, parfois garées sur les trottoirs, aux piétons. La précédente municipalité de Fernand Ancely avait en 1981 réalisé la piétonnisation totale de la rue de la gare, non à l'époque sans s'attirer les foudres des commerçants. L'idée de la nouvelle allait amplifier le phénomène afin d'éduquer les automobilistes à laisser leurs voitures à la périphérie pour faire leurs courses. On a même pensé un temps créer un souterrain sous la place Carnot... Quand on regarde ce que font aujourd'hui les villes pour se débarrasser des voitures, cette politique était assez révolutionnaire en 1984.

1206753308.jpg

Elle a toutefois ses inconvénients, car au même moment l'offre commerciale s'étendait à de nouvelles zones d'activités avec des parkings gratuits à 50 mètres des supermarchés. A la décharge de la municipalité, cet engouement était national. Toutefois, Carcassonne devint la ville où il y eut le plus de grandes surfaces en proportion du nombre d'habitants. Unique politique en matière d'emplois alors que l'entreprise Cachou Lajaunie voulait s'installer dans la capitale audoise. La ville n'est pas la seule responsable, il faut compter aussi avec la capacité de nuisance du président de la CCI envers Chésa, et vice versa. En effet, c'est deux là n'était pas très amis. L'un était proche du Ps et quinziste, quand l'autre était Gaulliste et treiziste. Quand on connaît Carcassonne, c'est rédhibitoire !

2056106412.jpg

La construction du parking des Jacobins mit en évidence un certain nombre de richesse archéologiques sur l'histoire de notre ville. Comme à chaque fois que l'on creuse, le passé remonte à la surface. Ainsi, nous pûmes revenir au temps de la triste épopée du Prince noir à travers la région. Celui-ci en 1355 pilla et incendia l'ensemble de la ville; après quoi, sa reconstruction fut de dimension plus modeste. Les fouilles (trop rapides comme toujours) mirent au jour des vestiges et notamment de la terre brulée, prouvant que la ville s'étendait au delà du portail des Jacobins.

2013-10-04_08h44_08.png

Après ce premier parking d'autres suivront comme celui de Chénier et dernièrement Gambetta. Il faut relever la nécessité de ces réalisations même si, je dénoncerai toujours avec vigueur ce que l'on a fait en surface à Gambetta. Le retour du stationnement dans le giron de la régie municipale avec la municipalité Larrat, offre aux usagers le meilleur prix de stationnement de toutes les villes de la région. Comme quoi, le service public c'est pas si mal même si cela a un coup pour la collectivité. Vaste sujet et trop polémique pour m'y lancer...

____________________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2013