28/04/2018

La naissance de l'hégémonie du Parti Socialiste dans l'Aude

Au lendemain de la Libération du département de l'Aude, déclarée officiellement le 25 août 1944, le paysage politique est à reconstruire. Au cours des derniers mois précédant la débâcle Allemande, l'aspect politique au sein des Mouvement Unifiés de Résistance occupe grandement les esprits. Les maquis d'obédience communiste s'occupent avant tout de liquider le nazisme, ennemi redoutable du bolchevisme depuis la fin du pacte de non agression. En coulisse, chacun place ses pions... Henri Noguères et Francis Missa pour le Parti Socialiste clandestin tentent d'obtenir de Gilbert de Chambrun (Chef régional FFI) et de Lucien Roubaud, des places à l'intérieur du futur Comité Régional de Libération. Le refus entraîne la saisine de la Commission des conflits du Conseil National de la Résistance ; elle se prononce en faveur de Noguères. Désormais, le Parti socialiste obtient la légitimité politique d'être représenté dans le Comité de Libération. Il ne va pas s'en priver... Contrairement à ce qui est largement défendu, les communistes combattants ne sont pas si nombreux dans le département de l'Aude. L'essentiel de la force des partisans du camarade Staline réside dans l'énorme débauche d'énergie à occuper le terrain malgré le manque d'effectifs. Là, où il faudrait dix personnes pour diffuser des tracts, porter des messages ou saboter des routes, une seule personne parfois exécute ce travail. Sur le plan politique, le parti communisme fonde plusieurs mouvements dont le Front National, pour donner l'impression de sa puissance, alors même qu'il fonctionne qu'avec peu de militants. En dehors de sa sphère d'influence, le Parti Communiste place des sous-marins dans d'autres mouvements : Parti Socialiste, Mouvement de Libération Nationale, C.G.T, etc. Le Parti Socialiste veut avant tout éviter que les partisans de Moscou ne s'emparent du pouvoir par les armes. Ce ne sont pas les seuls, car les parachutages alliés sur les maquis communistes de l'Aude sont quasiment inexistants, au cours de l'été 1944.

Capture d’écran 2018-04-28 à 15.22.29.png

Dans ce pays où tout est à reconstruire après l'effondrement du régime de Vichy, le Parti Socialiste joue sa carte. Son objectif ? Chasser du pouvoir les Radicaux-Socialistes, qui ont la main mise sur l'Aude depuis plus d'un siècle et qui, dans leur majorité, ont été Pétainistes. En septembre 1944, la droite qui n'était incarnée politiquement que par Vichy n'existe plus. Un boulevard s'ouvre devant la gauche, encore faut-il faire preuve d'opportunisme. Le résistant Francis Vals d'obédience socialiste, propulsé à la tête du Comité Départemental de Libération fait appel à un ancien de la S.F.I.O, conseiller départemental de Capendu avant guerre. Georges Guille de retour à Carcassonne après avoir été professionnellement exilé par Vichy, n'a pas de passé de Résistant connu. Qu'importe ! Vals en fait son adjoint ; il lui donne pour mission de chapeauter les Comités Locaux de Libération, chargés de mettre en place les municipalités provisoires. Dans celles-ci, il faudra veiller à épurer les anciens sympathisants du maréchal non sans quelques difficultés : "Beaucoup d’anciens membres de municipalités nommées par Vichy s’opposent à l’installation des Comités Locaux de Libération. Toute personne qui y fera obstacle sera traduite devant un tribunal populaire. (Jacques Bounin - Commissaire de la République)" 

constituante3_1945.jpg

© affiches.socialistes.free.fr

A côté de ses fonctions au Comité Départemental de Libération, Georges Guille multiplie les réunions politiques durant l'automne 1944. Il créé une cellule de recrutement de jeunes socialistes et l'on ne se bouscule pas au portillon. Selon Robert Anguille, qui fut de ceux-là, vers le mois d'octobre-novembre 1944 il assista à l'une des réunions de Guille au café Calmet à Carcassonne : "Il n’y avait pas grand monde afin de refonder la section socialiste de l’Aude ; à peine sept personnes. Dans ce café, Guille s’emportait contre les quelques militants car les affiches étaient trop petites. Il y avait Claude Escuret (fille d’une journaliste de Midi-Libre) qui deviendra secrétaire fédérale du PS. A cette époque, la permanence se trouvait en face de la poste. Le Midi-Libre à l’angle de la place de la poste, côté pharmacie. Les jeunes communistes, tous Staliniens, étaient plus nombreux. On arriva à 1200 jeunes socialistes dans l’Aude ; la section de Narbonne était la plus importante. Celle de Carcassonne comptait 400 militants entre 1973-1974." Petit à petit le Parti Socialiste (SFIO) tisse sa toile en partant à la conquête du département. Si le gain électoral encaissé lors des élections municipales de 1945 peut être considéré comme modeste, celui des cantonales renverse la carte politique de l'Aude. En 1936, trois cantons étaient socialistes et les autres, radicaux. En 1945, 28 cantons socialistes, 2 communistes et 1 M.R.P.

A Carcassonne, les élections municipales de 1945 portent aux affaires la liste commune Républicaine et antifasciste. Avec la volonté de Roubaud, l'ancien député Radical-Socialiste Henri Gout, qui n'avait pas voté les pleins pouvoirs à Pétain, devient maire de la ville. Dans tout le département, les femmes ont pour la première fois la possibilité de voter. Ceci explique en partie, un taux d'abstention avoisinant les 40% en moyenne. Dans les villages des Corbières, les sympathisants de la Ve colonne sont restés chez eux. 

Elections municipales 29 avril 1945

Carcassonne

Inscrits : 19403

Votants : 12100

Exprimés : 11058

Elus

Henri Gout (Parti Radical Socialiste), Mlle Billot (Résistance), Lucien Roubaud (PS), Dr Cannac (Résistance), Léon Noubel (PS), Louis Raynaud (PS), Gaston Valette (PS), Maurice Demons (PS), Mme Picolo (PS), Jean Sablé (Résistance), Léopold Castel (Résistance), Léon Bonnemaison (PC), Henri Maury (PC), Louis Amiel (PRS), Emmanuel Mestre (PC), Jean Denat (PC), François Vidal (PRS), Camille Gachet (PRS), Suzanne Lespinasse (PS), Jean Rougé (PRS), Joseph Comes (PRS), Léonce Escande (PRS), rené Paris (PRS), Emile Patebek (PS), Mlle Germaine Gladieu (PC), François Cathala (PRS), Charline Margarida (PC), Mme Roche (Résistance), Jules Pelouze (PC) et Marie-Jeanne Mavières (PRS).

Narbonne

Liste Socialiste élue

Castelnaudary

Inscrits : 5601

Votants : 3824

Exprimés : 3701

Elus

Liste des groupements de Résistance et d'Union Républicaine et Antifasciste 

Joseph Degrave / Maire

Limoux

Inscrits : 3908

Votants : 3159

Exprimés : 3116

Elus

Liste Résistante contre Liste Radicale

La Nouvelle

Inscrits : 1682

Votants : 827

Elus

Liste unique avec 368 voix, soit 44% des votants

municipales_1971.jpg

Après le congrès d'Epinay, Georges Guille s'opposera à la main mise de Mitterrand sur l'appareil politique nouvellement constitué. La fin de la S.F.I.O sonnait pour lui le glas de l'idéal auquel il croyait. Bientôt, il ne serait plus le Président du Conseil général de l'Aude, laissant à Robert Capdeville la destiné du département de l'Aude. 

Sources

Notes, recherches et synthèse / Martial Andrieu

___________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

15:33 Publié dans Politique | Tags : parti socialiste | Lien permanent | Commentaires (3)