28/09/2017

Pierre Pavanetto (1937-1992), roi des nuits Carcassonnaises et du whisky

Le 16 février 1992, la mort arrachait à Carcassonne la plus charismatique de ses figures. Pierre Pavanetto (1937-1992), le roi des fêtes et des nuits carcassonnaises, était retrouvé au petit matin gisant inanimé devant chez lui à Conques sur Orbiel. Atteint par une décharge de chevrotine, le coup de fusil n'avait laissé aucune chance à celui qui, après la fermeture de sa discothèque s'apprêtait à rentrer chez lui avec la recette de la soirée : soit 50000 francs (7500 euros).

3236121167.jpg

© André Oliver

Pierre Pavanetto était le fils d'une famille d'immigrés italiens, comme il y en a beaucoup dans notre midi. En 1959, après voir été employé chez le marchand de vêtements Alexandre Dony, il achète en quinze jours le café Continental aux époux Lacassagne. Un sacré coup de poker ! Sans expérience dans le métier de cafetier, endetté jusqu'au coup mais Pavenetto ne craint personne.

Gilles, Michel, Mme et Pierre Pavanetto, Valérie, Jean-Claude, Hélène Combes, Louis Anson, Robert Pena .jpg

Pierre Pavanetto entouré d'employés et d'amis

Le Continental est alors le siège de l'ASC XIII, équipe dans laquelle il évolue comme 3e ligne. Un poste dans lequel il a su se faire respecter et où l'adversaire n'avait pas intérêt à lui chercher des ennuis, ni à en chercher à ses équipiers. C'est dans ces conditions qu'il accrochera en 1961 une coupe de France à son palmarès, gagnée contre Lézignan. Trois années plus tard, il mit un terme à sa carrière. Le rugby c'est pour la vie, quand on arrête sur le terrain on continue comme dirigeant et on soigne les copains du ballon ovale. Président de l'ASC XIII et patron d'un établissement où l'on fête les troisièmes mi-temps...

img370.jpg

Le Continental dans les années 1970

La force de Pierre Pavanetto, c'était sa proximité avec la jeunesse. Au premier étage de son bar, il installe une discothèque : Le Vip's. C'est là que Daniel Lacube, alias Pif, s'excite sur les platines.

Privé.jpg

© Patrice Cartier

Pierre Pavanetto et Serge Pédron au Vip's

En 1976, il ferme le Vip's et ouvre "Le privé". Situé en bordure de la route de Toulouse à l’intérieur d’anciens bâtiments agricoles appartenant au pépiniériste Lucien Ervera, “Le Privé” et sa pizzeria “Le Vésuvio” vont devenir les lieux emblématiques des noctambules Carcassonnais. Il y avait ceux du Privé et ceux du Xénon. Disons si l'on veut caricaturer que les jeunes bourgeois habillés par Chipie ou Chevignon, habitués au Conti allaient au Privé.

Fabre. Vincent. Pavanetto. Tolza. Gout.jpg

© André Oliver

Devant l'entrée du Privé

A l'entrée il fallait montrer patte blanche car le taulier se tenait là, droit devant la cheminée avec son whisky à la main et d'un regard désignait les heureux lauréats de la soirée. Le physionomiste à la chevelure blanche n'aimait pas les trublions qu'il sentait venir de loin. En 1980, il vida de sa discothèque à coup de fusil de chasse, quatre voyous toulousains venus pour le racketter. L'un d'eux fut blessé à la cheville et l'affaire s'étouffa grâce au concours de Jean Benmati, commissaire principal de police.

Le whisky et les glaçons...

Capture d’écran 2017-09-28 à 10.48.04.png

Jean Benmati

Le 5 juin 1981, Jean Benmati âge de 58 ans et Commissaire principal de police de Carcassonne est arrêté par les douaniers au volant de sa 404 Peugeot. Non sans mal, car il leur fallut tirer dans les pneus pour l'intercepter. Dans son coffre, 135 bouteilles de whisky achetées en Andorre. Lors de la perquisition de sa maison à Cazilhac, la police en retrouvera un millier entreposé dans sa cave. L'homme habitué à rendre des "services" monnayés, grâce à sa position de fonctionnaire, avait pour coutume de se rendre deux fois par semaine en Andorre. Ce trafic de contrebandier durait depuis plusieurs mois. Jean Benmati fut écroué à la Maison d'arrêt de Foix. La perquisition révéla également une liste de bénéficiaires receleurs dont Pierre Pavanetto. La marchandise exonérée de taxes en Andorre était ensuite écoulée dans la discothèque Le Privé. Pavanetto se défendit arguant que Benmati l'avait contraint à lui renvoyer l'ascenseur en prenant sa marchandise, suite à l'affaire des racketteurs toulousains. Après 36 heures de garde à vue, l'ancien joueur de l'ASC XIII se mit à table. Le procureur de la République Georges Salomon, lui indiqua la prison sans passer par la case départ. Cette affaire suscita l'émoi des soutiens de Pavanetto, accusant la justice de détester le rugby à XIII.

20170803_101232.jpg

© La dépêche

Pierre Pavanetto quelques mois avant sa mort 

"Pava" c'était aussi un responsable, à qui il arrivait de consigner ceux qu'il jugeait en fin de soirée inapte à la conduite. En bon père de famille veillant sur la vie des jeunes dont il avait la garde, il s'autorisait à jouer au gendarme. Il faut dire que pour sortir du Privé vers Carcassonne, il fallait traverser la nationale. Un exercice de haute voltige quand on a 3 grammes dans le conduit ! L'affaire se finissait, au mieux, dans le fossé avec la tête à l'envers. Cet univers s'est brusquement arrêté il y a 25 ans avec nos souvenirs et le "Privé" n'est plus qu'une ombre...

le privé.JPG

L'ancienne discothèque Le privé, aujourd'hui.

Et si les Carcassonnais ont pardonné à Pierre Pavanetto de s'être fait prendre le doigt dans le pot de confiture en 1981, c'est parce qu'il avait su créer dans sa ville une ambiance de fête et de convivialité. 

____________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2017