12/06/2018

Le docteur Albert Tomey, maire de Carcassonne

Albert Tomey naît à Carcassonne le 22 juin 1882 dans un bel immeuble de type Hausmanien, construit par Marius Esparseil en 1880. Après des études à la Faculté de médecine de Toulouse où il a comme collègue et ami le futur Dr Ducuing, le jeune médecin s'installe dans sa ville natale en 1913. Il établit son cabinet chez lui, place Davilla.

Tomey.jpg

Albert Tomey

(1882-1959)

 Après la Grande guerre, Albert Tomey se lance en politique sous l'étiquette Radical-Socialiste à l'assaut de la mairie de Carcassonne. Le 10 décembre 1919, il est élu premier magistrat de la ville et effectuera le plus long mandat à ce poste jusqu'à sa révocation en 1941 par le Maréchal Pétain. Le 14 octobre 1928, le Dr Tomey entre au Conseil départemental comme Conseiller du Canton ouest.

Choqué par le taux de mortalité infantile engendré par la déplorable hygiène qui régnait à Carcassonne, le nouveau marie s'attela tout d'abord à doter la ville d'une système de tout à l'égout. Les écoles publiques étaient négligées, mal entretenues. L'une d'elles, celle du Square Gambetta, était dans un tel état que les rats d'égout venaient se promener dans les salles, même pendant les cours. Dans ce milieu, le souci de la salubrité publique, passait au second plan. Quelques maisons avaient des fosses ; c'était presque du luxe malgré les désagréments de la vidange. La majorité n'avaient pas de WC ! Dès la tombée de la nuit, la rue devenait un dépotoir à l'atmosphère irrespirable. Les vespasiennes mal entretenues étaient autant de foyers d'infection. Un service de répurgation se faisait au minimum. Les boites à ordures n'existaient pas et en permanence, on voyait de petits tas d'ordures devant les maisons, le long des trottoirs en pleine rue. L'eau d'alimentation n'avait rien de potable : des maladies étaient dans la ville à l'état endémique. 

Le conseil municipal prit du temps à faire installer le tout-à-l'égout, car le coût des travaux ne permit pas de le commencer rapidement. Le financement de l'état participa à l'œuvre d'hygiène et les Carcassonnais purent se soulager chez eux dès 1926. On dit à juste titre que le Dr Tomey transforma totalement Carcassonne au cours de ses mandats. Voyez plutôt...

Hygiène publique

Auto-javelisation des eaux par le procédé Bunau-Varilla (1925), Equipement d'un réseau de tout-à-l'égout (1926), Raccordement des immeubles au réseau général de distribution d'eau (1928), Installation du régime des poubelles. Enlèvement des ordures ménagères par des véhicules à traction électrique (1929), Construction de la station de pompage de l'île (1930), Modernisation des abattoirs et construction du deuxième réservoir de Grazailles (1931), Création de chalets de nécessité (1939)

Jeunesse

Création de l'école André Chénier (1921), Construction de l'école Jean Jaurès en remplacement de l'école du musée et de l'école du square (1924), Construction du lycée de jeunes filles - aujourd'hui collège Varsovie (1928), Agrandissement de l'école du Bastion, Création du Parc municipal des sports de la Pépinière - aujourd'hui stade Domec  (1934).

Urbanisation

Classement de la ville en station de tourisme. Création d'une Chambre d'industrie touristique (1922), Passage cimentés sur les boulevards (1926), Electrification des écarts et cimentant des rues (1930), Restauration du Théâtre municipal et création de la caserne des pompiers (1933), Restauration de l'hôtel de ville (1934), Bourse du travail (1937), Substitution de l'éclairage public électrique à l'éclairage au gaz de ville (1938). 

P1130732.jpg

Le conseil municipal d'Albert Tomey

L'œuvre de Tomey aurait sans doute perduré, si son conseil municipal n'avait pas été révoqué par le maréchal Pétain le 9 février 1941. On ne remettra pas en cause les valeurs d'humanité, ni les idées républicaines d'Albert Tomey. Toutefois, il faut s'interroger sur les raisons pour lesquelles les historiens locaux n'ont jamais évoqué l'activité de l'ancien maire durant le règne de Vichy. Les archives sont pourtant bien là et sans vouloir faire la morale, il faut que la vérité historique soit révélée dans son ensemble. Après la Libération, la Commission d'Epuration de Contrôle et de Sélection de l'Aude se penchera sur le cas du Dr Tomey. L'Union Locale des Syndicats Ouvriers de Carcassonne - C.G.T par la voix de M. Bonnemaison souhaitera envoyer Albert Tomey devant la Chambre civique. En effet, si le docteur avait été révoqué de son poste de maire, Vichy l'avait nommé à la tête du Conseil départemental de l'Aude. A ce titre, il avait été présent à la soirée inaugurale de la Milice de l'Aude le 28 février 1943 au Théâtre municipal. Les communistes qui venaient de payer un lourd tribu pour la Libération du pays, n'entendaient pas faire de cadeaux aux Radicaux dont beaucoup avaient choisi de voter les pleins pouvoirs à Pétain en 1940. On avança des preuves... Par exemple, les coupures des journaux de cette fameuse soirée de 1943 repris par "La République sociale" le 14 décembre 1944 :

"La constitution de la Milice eut lieu, pour notre département, le 28 février 1943 au Théâtre municipal de Carcassonne. Cette réunion était présidée par M. Freud-Valade, préfet de l'Aude, entouré du Dr Tomey, Conseiller national ; Caillard, délégué régional de la Légion des Combattants, etc."

Dans sa conclusion, le Commissaire spécial de Carcassonne déclara dans un courrier adressé au Commissaire du gouvernement le 27 février 1945 que "les fonctions qu'il a exercé (Dr Tomey) sous Vichy et sa présence à la soirée inaugurale de la Milice, ne peuvent être considérées, à mon avis, comme tombant sous le coup de l'ordonnance du 26 novembre 1944." L'argumentaire du commissaire minore les responsabilités de l'ancien maire en arguant que celui-ci n'a jamais fait de propagande et que ses fonctions n'avaient pas de pouvoir politique. Si le Dr Tomey garda son poste de Président du Conseil départemental nommé par Vichy jusqu'à la Libération, sa carrière politique s'arrêta avec le retour de la République.

davilla.jpg

L'immeuble Tomey, place Davilla

 Le 19 novembre 1959 s'éteignait à Carcassonne Albert Tomey à l'âge de 77 ans. Ses obsèques avaient lieu le lendemain et le cortège funèbre empruntait les boulevards de Varsovie et Omer Sarraut avant d'arriver à l'église Saint-Vincent. Les cordons du poêle étaient tenus par le maire Jules Fil et trois de ses prédécesseurs   : Philippe Soum, Parce Itard-Longueville et même Jules Jourdanne qui fut nommé par Vichy. Suivant la dépouille mortelle d'Albert Tomey, on remarquait les docteurs Buscail, Babou, Héran, Albert, Millet et Peyronnet. Gazel (Président des anciens combattants), Joseph Jean (Ancien secrétaire de mairie), Julia (adjoint au maire), Ct Béteille, Callat (Président du Souvenir Français), Noubel (Conseiller général) et les anciens collaborateurs d'Albert Tomey : Amiel, Sarcos, Boudenne, Rimalho, Nogué, Bruela, Blanchard (ingénieur de la ville), etc.

3547217388.jpg

Le 10 février 1967, l'ancienne rue du marché prit le nom d'Albert Tomey, en reconnaissance pour l'œuvre qu'il avait accomplie en faveur des Carcassonnais au cours de ses mandats. S'il n'y a pas de rue Jean Mistler à Castelnaudary, il y a une rue Tomey à Carcassonne. Toute l'ambiguïté de la capitale audoise est peut-être bien là...

Sources

ADA 11 / Fonds Francis Vals

Journaux locaux

____________________________________

© Tous droits réservés / Musique et patrimoine / 2018

29/10/2015

Albert Tomey (1882-1959), maire de Carcassonne

Capture d’écran 2015-10-29 à 10.44.16.jpg

Albert Tomey naît le 22 juin 1882 à Carcassonne, dans un immeuble de style haussmannien de la place Davilla. Son père natif de Toulouse lui permet de poursuivre de brillantes études de médecine dans la capitale occitane.

Capture d’écran 2015-10-29 à 10.51.18.png

Loin de l'avenir que lui promettent ses professeurs, Albert Tomey préfère s'installer à Carcassonne en 1913. Reconnu pour ses grandes compétences et son dévouement sans limites à la cause des malades, il est médecin consultant. Ses confrères s'en réfèrent à lui lorsqu'un diagnostic ne peut être conclu.

2542048876.jpg

L'immeuble Tomey, place Davilla

Le Dr Albert Tomey est élu en décembre 1919 comme maire de Carcassonne à la place de Gaston Faucilhon. Les radicaux venaient de prendre la ville aux "libéraux et socialistes unifiés". Pendant quatre mandats successifs - que seule sa destitution par le gouvernement de Vichy viendra stopper en 1941 - Albert Tomey va transformer et moderniser Carcassonne. C'est encore aujourd'hui le plus long règne à la tête de Carcassonne, dépassant Raymond Chésa de quelques semaines seulement.

tomey.jpg

La municipalité Tomey en 1929

Fortement touché par le quotidien de ses patients vivant dans l'insalubrité, le maire engage de gros travaux pour construire des égouts dans toute la ville. On ne jète plus les tinettes au milieu de la rue et des poubelles sont installées. L'adduction d'eau stérilisée par javellisation arrive désormais dans les hameaux. Pendant ses mandats, l'école Jean Jaurès est construite et inaugurée par le Président Doumergue en juillet 1928. La ville se dote d'un nouvel hôtel de ville et d'un théâtre municipal, digne de ce nom. L'éclairage public remplace les bec de gaz, en même temps que la Bourse du travail se bâtit dans la rue Voltaire. Côté sport, le stade de la pépinière (A. Domec) prend une nouvelle dimension.

3458838276.jpg

© Chroniques de Carcassonne

Le 10 février 1967, la municipalité de Jules Fil donne à l'ancienne rue du marché, le nom d'Albert Tomey. Elle distingue l'ancien maire pour avoir rénové et modernisé la ville.

Sources

Histoire de Carcassonne / Éditions Privat

La dépêche / 10 janvier 1999

ADA 123J109

__________________

© Tous droits réservés/ Musique et patrimoine/ 2015